Histoire de Blendecques



Accueil

Présentation générale

L'abbaye Sainte-Colombe

La chapelle Ste-Soyecques

Jehan de Terline

Georges Cartiaux

Les polonais libérateurs

Cartes postales anciennes







Présentation générale


De nombreuses trouvailles dans le sol "semblent" confirmer l'origine reculée de ce village.
Blendeka en 1139, Blendecque en 1296, Blendecques en 1423. On trouve aussi "Blandèque" au cadastre de 1811.

Blendecques est un nom gallo-romain et son prototype est Blandiacum qui signifie un nom de domaine : Blendecques est à coup sûr le domaine de Blandius, nom d'homme, qui a fourni aussi tous les Blangy que l'on trouve en France. La terminaison -ecques s'explique par le fait qu'entre le VIème et le IXème siècle, le nom a subi une influence germanique et qu'il n'a pas évolué, comme ses homologues en milieu roman. De nombreux exemples locaux viennent corroborer ce fait, ainsi Coyecques, Hézecques, Warnecques, Arneke qui participent du même processus de formation toponymique. C'est d'ailleurs ce que pressentait le vieux Louis Ricouart sans être assuré de sa proposition. Les découvertes archéologiques récentes vont d'ailleurs dans ce sens.

L'origine se lie à Saint-Omer par une donation que fait Adroald, Seigneur de Sithoie à Audomare, évêque de Thérouanne vers 648. Cette commune commença a être connue vers la fin du XIIème siècle par la fondation de l'Abbaye Sainte-Colombe. Cette abbaye Cistercienne fondée en 1186 par une branche de la famille des châtelains d'Aire en reçut la seigneurie.

Blendecques comptaient 373 habitants en 1698, 985 au début de la révolution et 4014 au recensement de 1962.
Le hameau de Wins aurait été le théatre d'une attaque infructueuse des Normands au IXème siècle. En 891, Saint-Omer fut attaquée par les Normands, vigoureusement poursuivis par les moines de Saint-Bertin et les habitants de Saint-Omer. Les Normands furent massacrés à Wins.

Au début du XIème siècle, une épidémie cruelle du "mal des Ardents" ou feu Saint-Antoine désole la région. En 1303, Blendecques souffre des incursions flamandes. Après le traité d'Arras de 1435, les troupes anglaises du Duc de Glocester dévastent la vallée de l'Aa. En 1537, les habitants se retirent à Saint-Omer. Avec le Comte de Reulx, au service de l'Espagne, la paix revient par le traité de Vervins, en 1598. D'autres vicissitudes se terminent le 5 mars 1677 avec la célèbre bataille de Cassel du Duc d'Orléans.

Etymologiquement, outre ce qui est dit ci-dessus, Ricouart, dans ses études sur les noms des lieudits, pense que Blandeke ou Blandiacum signifiait "l'agréable domaine ou la villa de Blandius". Une étude plus récente affirmerait que Blandiacum veut dire "village fort agréable".

Dans un Terrier commencé vraisemblablement au milieu du XVIIème siècle, que de lieudits, que de noms de chemins ont disparu ou sont presques inconnus. Au début du XIIIème siècle, il y avait à Blendecques, trois églises. L'Eglise paroissiale, l'Eglise de l'Abbaye et l'Eglise de Soyecques qui servait à l'usage des domestiques de l'Abbaye. Le Terrier permet de situer l'emplacement de cette église édifiée sur une terre nommée "églisette de Soyecques" dans laquelle, par tradition "était autrefois une église et cimetière" commune aux deux paroisses de Blendecq. L'eau d'une source de Ste Soyecques guérissait les enfants atteints d'eczéma.

L'ancienne Abbaye ou Abbaye des Dames de Sainte-Colombe fut fondée en 1182 par Ghison d'Aire. Le monastère reconstruit en 1640 fut démoli en 1792, sauf le quartier abbatial qui constitue encore de nos jours une demeure particulière. Le blason de l'Abbaye portait une colombe d'argent avec crosse d'or, sur un champ d'or et de sable.
Pendant la guerre 1939/1945, l'église a souffert fortement des bombardements aériens et sa restauration a été décidée par la municipalité. La créance dommages de guerre s'est avérée insuffisante pour couvrir les frais de réfection. Aussi, le Conseil Municipal, à partir de 1956 a-t-il investi d'importants capitaux.